Accueil  |  Plan du site  |  Publications  |  Présentation  |  Contact  |  Liens

 

Accueil > Méditer > Pensée

Ils ont Moïse et les prophètes; qu’ils les écoutent.

Luc 16.29


Les morts nous parlent-ils ?

 

Nous aimerions tant savoir ce qui se passe au-delà de la mort. Croire que tout est fini ne nous satisfait pas vraiment. Mais comment savoir ? Le monde invisible échappe totalement à notre maîtrise. Refuser le témoignage de Dieu pousse les hommes vers une illusion dont le réveil sera brutal et affreux. La Bible nous met en garde contre une curiosité malsaine qui veut obtenir ses réponses à tout prix et à n’importe quelle source. Elle nous avertit contre des réalités capables de nous asservir à tout jamais. Dieu est la seule source de tout vrai savoir sur le monde invisible. Lui tourner le dos nous expose à l’esclavage occulte.

Jésus dit qu’entre le monde d’ici et de là existe un abîme infranchissable. Cela implique que les “revenants” ne sont pas les morts, mais une déception démoniaque. Même quand ça semble bien, c’est maléfique et crée des liens occultes. Toute description de l’au-delà par les morts est donc nécessairement fausse. Les morts, pourraient-ils nous renseigner sur le futur ? Mais ils n’en savent rien ! Sommes-nous donc sans ressources ? Non, Jésus le dit : Seule l’Ecriture peut nous servir deguide.

Et si on s’est laissé prendre par l’occultisme ? Le chemin de la libération consiste à confesser son péché, à y renoncer, à servir Dieu et à résister contre le malin.

S’adresser aux morts est une impasse mortelle.

 

 

Egbert Egberts 

 


Texte biblique proposé pour accompagner cette courte méditation :
Luc 16.19-31 : (version Semeur)

Il y avait un homme riche, toujours vêtu d’habits coûteux et raffinés. Sa vie n’était chaque jour que festins et plaisirs. Un pauvre, nommé Lazare, se tenait couché devant le portail de sa villa, le corps couvert de plaies purulentes. Il aurait bien voulu calmer sa faim avec les miettes qui tombaient de la table du riche. Les chiens mêmes venaient lécher ses plaies.

Le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut à son tour, et on l’enterra. Du séjour des morts, où il souffrait cruellement, il leva les yeux et aperçut, très loin, Abraham, et Lazare à côté de lui. Alors il s’écria : “Abraham, mon père, aie pitié de moi ! Envoie donc Lazare, qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue, car je souffre horriblement dans ces flammes.” Mais Abraham lui répondit : “Mon fils, souviens-toi de combien de bonnes choses tu as joui pendant ta vie, tandis que Lazare n’a connu que des malheurs. A présent, ici, c’est lui qui est consolé, tandis que toi, tu es dans les tourments. De plus, il y a maintenant un immense abîme entre nous et vous et, même si on le voulait, on ne pourrait ni le franchir pour aller d’ici vers vous, ni le traverser pour venir de chez vous ici.”

“Dans ce cas, dit alors le riche, je t’en conjure, père, envoie au moins Lazare dans la maison de mon père, car j’ai cinq frères; qu’il les avertisse pour qu’ils n’aboutissent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourments.” “Tes frères ont les écrits de Moïse et des prophètes, lui répondit Abraham ; qu’ils les écoutent !” “Non, père Abraham, reprit l’autre. Mais si quelqu’un revient du séjour des morts et va les trouver, ils changeront.” Mais Abraham répliqua : “S’ils n’écoutent ni Moïse ni les prophètes, ils ne se laisseront pas davantage convaincre par un mort revenant à la vie !”

 

 

Pour télécharger la Bible avec un logiciel de recherche, vous pouvez aller sur le site suivant (le programme est gratuit) : http://www.123-bible.com/index.htm.
Vous pouvez trouver d’autres méditations, une par jour, sur le site suivant :
http://www.vivreaujourdhui.com/
Vous trouverez les archives des pensées 
à cet endroit et celles de la deuxième série ici et celles de la troisième série ici. Les archives de la série actuelle, la quatrième, sont ici.
Les archives des pensées sur les 39 livres de l’Ancien Testament
sont ici.
Les archives des pensées des 27 livres du Nouveau Testament
sont ici
.

 


Il n’est pas fou celui qui perd ce qu’il ne peut garder, afin de gagner ce qu’il ne peut perdre. (Jim Elliot)