Accueil  |  Plan du site  |  Publications  |  Présentation  |  Contact  |  Liens

 

Accueil > Méditer > Pensée

Pourquoi essaies-tu de te faire passer pour une autre ?

1Rois 14.6


L'homme qui a perdu l'avenir

 

La foi de Jéroboam est très simple : tu y mets les moyens et ça marche. Crie plus fort, paie plus cher et tu finiras bien par convaincre Dieu. Dieu, qui qu’il soit, est à ton service. Ainsi, quand son fils tombe malade, il sait exactement quoi faire. Derrière le déguisement de sa femme, c’est lui le vrai déguisé. Il se déguise devant Dieu. Mais “l’évangile de Dieu te trouvera et démasquera ton vrai caractère, peu importe tes déguisements.”

Considère donc, à la fois, la bonté et la sévérité de Dieu. (Romains 11.22) Ce verset résume à lui seul la vie de Jéroboam. Par la bonté de Dieu il a tout reçu. Par la sévérité de Dieu il va tout perdre. Tout sera balayé comme du fumier. Pourquoi ? Parce qu’il a refusé de répondre à la bonté de Dieu. Il a investi dans le court-terme des hommes sans prêter attention au long-terme de Dieu. Un peu d’idolâtrie, un peu de liberté avec la Parole de Dieu et les conséquences seront là, effrayantes. A cause de ses péchés, ses descendants sont abandonnés de Dieu (v. 16). Autrement dit, lui qui aurait dû et pu être une bénédiction pour ses descendants est devenu une malédiction.

Investissons-nous dans l’avenir de nos enfants, de nos petits-enfants ? Sera-t-il dit de nous, et un jour à nous, que nous avons perdu, joué, gâché, l’avenir de notre propre famille en ayant bâti sur du sable ?

Sauf pour un enfant, l’histoire de Jéroboam est sans espoir, leçon terrifiant de ce dont nous sommes capables quand nous oublions Dieu.

 

                                                                                              Egbert Egberts

 


Texte biblique proposé pour accompagner cette courte méditation :
1Rois 14.1-20 (version Semeur)

A la même époque, Abiya, fils de Jéroboam, tomba malade. Jéroboam ordonna à sa femme : Viens, déguise-toi pour qu’on ne reconnaisse pas que tu es la reine, puis va à Silo. C’est là qu’habite le prophète Ahiya, celui qui a prédit que je deviendrais roi de ce peuple. Tu emporteras comme cadeaux dix pains, des gâteaux et un pot de miel. Tu iras le trouver et il te fera savoir ce qui arrivera au garçon. La femme de Jéroboam fit comme son mari le lui avait demandé : elle se mit en route pour Silo et se rendit dans la maison d’Ahiya. Ahiya était si âgé que ses yeux s’étaient éteints et qu’il ne voyait plus. Mais l’Eternel lui avait dit : Voici que la femme de Jéroboam va venir te consulter au sujet de son fils parce qu’il est malade. Tu lui parleras de telle et telle manière. Quand elle entrera chez toi, elle essaiera de se faire passer pour quelqu’un d’autre.

Dès qu’Ahiya entendit le bruit de ses pas devant la porte, il s’écria : Entre, femme de Jéroboam ! Pourquoi essaies-tu de te faire passer pour une autre ? De toute manière, je suis chargé de te transmettre une parole sévère. Retourne dire à Jéroboam : « Voici ce que te déclare l’Eternel, le Dieu d’Israël : Je t’ai mis en honneur au sein de ton peuple et je t’ai établi chef de mon peuple Israël. J’ai arraché le royaume à la dynastie de David pour te le donner. Mais tu n’as pas imité mon serviteur David qui a obéi à mes commandements et m’a suivi de tout son cœur pour faire uniquement ce que je considère comme juste. Tu as agi encore plus mal que tous tes prédécesseurs : tu es allé fabriquer d’autres dieux, des idoles de métal fondu; tu m’as ainsi irrité et tu m’as tourné le dos. C’est pourquoi je vais faire venir le malheur sur ta famille : j’en exterminerai tous les hommes, qu’ils soient esclaves ou hommes libres, je balaierai tous tes descendants, comme on balaie les ordures jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien. Ceux d’entre eux qui mourront dans la ville seront mangés par les chiens et ceux qui mourront dans la campagne seront déchiquetés par les rapaces. » Voilà ce que l’Eternel a déclaré.

Quant à toi, va, rentre chez toi. Dès que tu mettras le pied dans la ville, ton enfant mourra. Tout Israël prendra le deuil pour lui et on l’enterrera; c’est le seul descendant de Jéroboam qui sera déposé dans une tombe parce qu’il est le seul membre de sa famille en qui l’Eternel, le Dieu d’Israël, ait trouvé quelque chose de bon. Par la suite, l’Eternel établira pour lui-même un nouveau roi sur Israël qui exterminera la famille de Jéroboam. Ce jour viendra. Que dis-je : il est déjà là. L’Eternel frappera les gens d’Israël qui ressembleront aux roseaux agités dans les eaux. Il arrachera Israël de ce bon pays qu’il a donné à leurs ancêtres et il les dispersera de l’autre côté de l’Euphrate, parce qu’ils ont provoqué sa colère en fabriquant des poteaux sacrés dédiés à la déesse Ashéra. L’Eternel les abandonnera à cause des péchés que Jéroboam a commis et à cause de ceux dans lesquels il a entraîné le peuple.

La femme de Jéroboam se mit en route pour regagner Tirtsa. Au moment où elle franchissait le seuil de sa maison, son garçon mourut. On l’enterra et tout Israël prit le deuil pour lui, comme l’Eternel l’avait annoncé par l’intermédiaire de son serviteur le prophète Ahiya. Les autres faits et gestes de Jéroboam, ses guerres et les événements de son règne, sont consignés dans le livre des Annales des rois d’Israël. Après vingt-deux ans de règne, il rejoignit ses ancêtres décédés et son fils Nadab lui succéda sur le trône.

 

 

 

 

Pour télécharger la Bible avec un logiciel de recherche, vous pouvez aller sur le site suivant (le programme est gratuit) : http://www.123-bible.com/index.htm.
Vous pouvez trouver d’autres méditations, une par jour, sur le site suivant :
http://www.vivreaujourdhui.com/
Vous trouverez les archives des pensées 
à cet endroit et celles de la deuxième série ici et celles de la troisième série ici. Celles de la quatrième série sont ici. Celles de la série actuelle se trouvent ici.
Les archives des pensées sur les 39 livres de l’Ancien Testament
sont ici.
Les archives des pensées des 27 livres du Nouveau Testament
sont ici.

 


Il n’est pas fou celui qui perd ce qu’il ne peut garder, afin de gagner ce qu’il ne peut perdre. (Jim Elliot)